Culture

Les 10 tortures du Moyen Âge les plus horribles

3 novembre 2015
Torture du moyen âge

Le Moyen Âge est sans doute l’une des périodes les plus sombres de l’histoire de l’humanité. Des ravages de la peste noire aux grandes famines en passant par les guerres incessantes, l’ère de la chevalerie n’était pas de tout repos.

Pourtant, rien de cette époque n’est peut-être plus effroyable que les tortures infligées à ceux que l’on estimait devoir punir.

Voici 10 des plus effroyables tortures du Moyen Âge. Cœurs sensibles s’abstenir!

1. La fourche de l’hérétique

 Les 10 plus horribles tortures du Moyen Âge

Ce terrible petit objet était utilisé au temps des inquisitions. Une fois installée au cou du prisonnier enchaîné, cette petite fourche à double extrémité empêchait celui-ci de s’endormir sous peine de lui enfourcher le sternum et la gorge.

2. La cure par l’eau

 Les 10 plus horribles tortures du Moyen Âge

Cette torture moyenâgeuse consistait à forcer une personne à boire d’énormes quantités d’eau. Attachée, nez bouché et bouche ouverte de force, la victime ingérait des litres et des litres d’eau. La mort s’en suivait la majorité du temps, causée par l’éclatement de l’estomac.

3. La cage en fer

 Les 10 plus horribles tortures du Moyen Âge

Cette méthode de torture consistait à placer la victime dans une cage en fer très étroite, prenant souvent la forme approximative du corps humain. Suspendue dans les airs, le captif était laissé là jusqu’à son décès, causé par la soif ou les corbeaux.

4. L’empalement

 Les 10 plus horribles tortures du Moyen Âge

Réputée pour avoir été la torture favorite du prince Vlad III, l’empalement consistait à asseoir une personne sur l’extrémité d’un tronc pointu. La gravité se chargeait de tranquillement et douloureusement empaler le supplicié jusqu’à ce que mort s’en suive.

5. L’âne espagnol

 Les 10 plus horribles tortures du Moyen Âge

Durant l’Inquisition espagnole, on assoyait le malchanceux sur cette petite poutre munie de piques métalliques. Les jambes, placées de chaque côté de l’âne, étaient alors rattachées à de lourds poids, causant ainsi la séparation du corps.

La suivante page suivante

Précédent1 / 3

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer